L’île de Hydra

L’île de Hydra 2018-03-05T00:42:23+00:00

Hydra est une île de la région Argo-Saronique. Elle est une destination touristique populaire grâce à son caractère, son histoire et sa proximité d’Athènes. L’île fait environ 50 kilomètres carrés et compte près de 2000 habitants. Son nom dérive de ses nombreux ruisseaux et sources que l’île avait pendant l’antiquité.

L’île a une histoire et une tradition navale importante à présenter. Des manoirs rénovées, le vieux port, des musées et des monastères, tout contribue à l’image de l’île qui révèle son importance historique. Hydra, avec Spetses et Psara, a joué un rôle essentiel dans la révolution de 1821 avec sa grande puissance navale.

L’hameau préservé d’Hydra est la seule ville de l’île où la majorité de la population est rassemblée. Une caractéristique de Hydra est le fait que les véhicules à roues sont interdits et la plupart des transports sont effectués à l’aide des animaux, à pied ou en bateau-bus.

Nature

Hydra est un exemple typique d’un paysage méditerranéen comme elle combine des caractéristiques particulières d’une île égéenne, mais aussi du Péloponnèse. En plus, elle combine des paysages rocheux sauvages avec une végétation basse et des terres forestières avec des pins et des cyprès.

En fait, c’est une chaîne de montagnes rocheuse, avec une longueur de 20 km et une largeur de 1,5 à 6 km, son plus haut sommet étant Eros (588 m). Le climat de l’île est typiquement méditerranéen, tempéré, sec, doux, avec un temps d’été prolongé et des hivers doux. Les vents du nord enlèvent la brume de la mer et créent un horizon clair.

Hydra a un grand nombre de fleurs sauvages et d’herbes, mais aussi beaucoup de Pins d’Alep, des cyprès, des oliviers, des sauges, des thyms et d’autres arbrisseaux. La faune de l’île est importante en raison de son emplacement qui est une station importante pour les espèces d’oiseaux migrateurs, mais aussi un habitat permanent. Comme la plupart des écosystèmes rocheux, Hydra a un grand nombre de reptiles et d’amphibiens et sa mosaïque de fauna comprend des mammifères tels que des lapins communs, des lièvres et des chèvres sauvages. En plus, il y a des chevaux, des mulets et des ânes élevés par les habitants pour leurs besoins de transport qinsi que des agneaux et des chevreaux.

Au sud-ouest d’Hydra, il y a l’île de Dokos, un site archéologique important avec des caractéristiques naturelles similaires et il y a aussi plusieurs petits îlots autour d’elle.

Culture

Hydra a un matériel culturel riche à présenter à travers des expositions, des musées (Archives Historiques – Musée d’Hydra, Musée Ecclésiastique et Byzantin d’Hydra, Manoir Historique de Lazaros Kountouriotis – section du Musée National Historique, Manoir de George Kountouriotis – Musée d’Art post-Byzantin, etc.), des monastères (6 monastères et 300 églises et chapelles) et des événements culturels.

Il est important de mentionner Miaouleia, les célébrations en l’honneur de l’amiral Andreas Miaoulis, pour sa contribution à la lutte pour la libération de notre nation, qui se tient chaque année à la fin de juin. Kountourioteia est un événement de célébration de six jours organisé par la municipalité d’Hydra en août, en l’honneur du Premier Président de la République Hellénique, résident d’Hydra, amiral Paul Kountouriotis.

Il est important de visiter les Manoirs de l’île, qui sont des bâtiments d’une architecture caractéristique, vieux de plus de 200 ans. Certains des plus importants de ces manoirs sont ceux de Paul et Lazaros Kountouriotis, Tombazis, Tsamados, Kriezis, Voulgaris, Bountouris. Il faut également visiter les Bastions, avec leurs canons à droite et à gauche du port, qui protégeaient l’hameau d’Hydra.

Le caractère spécial d’Hydra a attiré beaucoup de personnages de la culture et des arts, de la Grèce et de l’étranger, qui vivent ou ont une résidence d’été sur l’île.

Histoire

Le nom Hydra est attribué aux eaux abondantes des sources riches que l’île avait dans l’antiquité. Les historiens se référent à l’île avec le nom d’Hydraia et, dans la partie intérieure de l’île, des traces d’anciens hameaux ont été sauvées, comme le témoignent des fouilles archéologiques sur le site d’Episkopi, centre principal d’agriculture et d’élevage de l’île et l’un des endroits qui semble avoir été habité à toutes les époques, car il y avait de riches sources d’eau. L’installation sur l’île remonte à bien avant la période d’Homère, c’est-à-dire à la fin de la Période Néolithique (3000-2600 av. J.-C.).

Au début de la Période Helladique, l’installation a eu lieu près de Zourvas, d’Agios Nikolaos, d’Agios Georgios Bistis et de Nisiza, où les gens avec leurs bateaux échangeaient de l’obsidienne.

Il semble qu’Hydra n’ait pas réussi, au cours des siècles qui ont suivi, à devenir un lieu socialement et historiquement structuré. Pendant la Période Classique, il semble qu’ à cause de constantes attaques des pirates, un grand nombre d’habitants d’Hydra a quitté l’île, tandis que des autres se sont retirés vers l’intérieur, comme le témoignent des découvertes d’Episkopi.

Aux premiers jours du 15ème siècle, Hydra est habitée par quelques familles agricoles et pastorales. En 1460, la premiere installation intense à Hydra se commence. Les nouveaux habitants d’Hydra se mélangent avec les locaux et le sol rocheux et infertile d’Hydra les oblige à se tourner vers la mer et à devenir des marins excellents. C’est le moment où la reconstruction et la construction de la ville d’Hydra, telle que nous la connaissons aujourd’hui, commence. Au 18ème siècle, les habitants d’Hydra ont commencé à construire de petits bateaux à voile et, à partir du milieu du même siècle, de grands navires qui ont navigué vers toute la Méditerranée et la mer Noire.

À la fin du 18e et au début du 19e siècle, Hydra est devenue une force navale avec une flotte de marine marchande de 150 navires. À l’époque, l’île a connu sa plus grande force et, par conséquent, son essor économique et spirituel. Les habitants d’Hydra sont progressivement devenus les maîtres des routes de la mer Méditerranée et Hydra est devenue la première force navale parmi toutes les îles grecques.

Hydra a contribué de manière significative à la guerre d’indépendance grecque de 1821. Sa flotte se composait de 186 petits et grands navires. La flotte d’Hydra, avec les flottes de Spetses et de Psara, ont dominé la mer pendant la guerre de sept ans, contribuant ainsi de manière décisive à la libération de la Grèce et sacrifiant à la fois des vies humaines, des navires et de l’argent. Des chefs et des combattants tels que Miaoulis, Oikonomou, Tombazis, Tsamados et d’autres étaient les personnalités importantes de la guerre.

Île de Dokos

Au cours de l’Antiquité, elle a été appelé Aperopia en raison de son point de vue infini qui a été fourni par sa position stratégique. Ce nom a été également mentionné par Pausanias. Elle a pris le nom de Dokos pendant la période byzantine, car c’est un passage vers Hydra mais aussi vers Ermioni. C’est l’une des rares îles grecques à avoir un nom masculin. L’île est montagneuse, rocheuse, elle a une altitude de 308 m et elle a toujours été un point stratégique bien caché. Sur le côté est, il y a des ruines d’un grand château byzantin – vénitien. Pendant la Révolution de 1821, la flotte d’Hydra l’a utilisé comme mouillage d’hiver.

Selon la recherche archéologique, l’île était habitée depuis l’Âge du bronze, il y a 6000 ans. En 1975, le plus ancien naufrage connu, daté entre 2500-2000 av. J.-C., a été trouvé près de la côte. Ce naufrage est une preuve évidente de l’importance majeure du transport maritime dans la région.